Thèmes associés : Trakehner ou race de chevaux. Races de chevaux.
Accueil > Race > Breton

Breton

Le Breton au modèle
zoom sur image
Le Breton au modèle
Type : Cheval de selle, Cheval de trait
Taille : 1.58 m
Poids : 800 Kg
Robe : Alezan Noir Bai Aubere Rouanne
Utilisation : Attelage Loisir Travail
Origine : France , Europe
Le Breton au modèle
Le marquage Hermine des traits bretons
Le Breton en attelage
Le Breton en débardage
Portrait d'un Breton
Chevaux Bretons au pré

Historique :


Le cheval Breton est une race d'origine Française.
 
Les éleveurs de chevaux Bretons ont toujours sélectionnés les Bretons pour leur force et leur résistance.
 
Présent depuis le moyen-âge, le Breton est le résultat de nombreux croissements. Il était surtout présent dans les montagnes du centre de la France.
 
Le cheval de race Breton a certainement joué un rôle primordial pour les peuples Gaulois (cheval de guerre monté ou attelé aux chars de guerre).
 
Moyen Âge
 
Le "bidet-breton" est à l'époque le résultat de croissement de chevaux montagnards avec des chevaux oriental.
 
Considéré comme un bien précieux, le Duc de Lancastre offre à Bertrand du Guesclin un cheval Breton afin de le remercier pour ses prouesses au siège de Dinan.
 
Son allure entre l'amble et le trot font du Breton un cheval très confortable et donc très prisé pour les usages militaires.
 
A partir de 1500, il est répertorié deux types de Breton :
- le cheval de bât et de travaux de ferme dans le nord de la bretagne,
- le cheval de guerre et pour les longs trajets dans le pays de Briec.
 
Du Moyen Âge à la fin du XVIIIe siècle
 
Au XVIIIe siècle, le bidet est considéré comme un mauvais cheval. Les éleveurs s'efforcent de le rendre plus rapide et plus fort pour qu'il soit adapté à la traction.
 
La Bretagne mets un point d'honneur à être la première région de cheval de travail.
Il y a alors deux types de chevaux Bretons : les chevaux de trait et les chevaux dit coursiers.
 
La révolution est un coup dur pour l'élevage.
 
XIXe siècle
 
Au XIXe siècle, le cheval Breton est recherché et prisé pour les services du roulage, le train d'artillerie, les postes et les digilences. 
 
En 1842, la Bretagne compte près de 30 000 poulains chaque année.
 
Le modèle s'affine au début du XXème siècle.
 
Le Breton est aussi considéré comme améliorateur de race (cheval canadien, mules, anglo-arabes).
 
Il est à l'origine de la création du Franche-montagne et d'autres races de traits lourds.
 
Utilisation militaire
 
Le Breton est un cheval de guerre très apprécié notamment pour l'artillerie.
Il fut un allié incontestable pendant la campagne de Russie sous Napoléon. Napoléon a cependant refusé l'intégration des Bretons au sein des Haras nationaux car ceux-ci étaient castrés.
 
Rôle des haras nationaux
 
Les Haras Nationaux s'efforcent au fil des années d'affiner et d'imposer un standard de race aux éleveurs.
 
Les pur-sang anglais et arabes étant très à la mode, ils sont croisés avec des chevaux Bretons.
 
En 1806 le premier dépôt d'étalons est créé à l'abbaye de Langonnet puis transféré en 1857 à Hennebont.
Hennebont devient alors la capitale de l'élevage du Cheval Breton.
 
Après le XXe siècle
 
C'est en 1909 que le Stud-book du cheval Breton est ouvert. Il est divisé en deux catégories : les types traist et les types postiers.
 
La fusion des deux stud-book est réalisée en 1912.
 En 1920, la décision est prise de permettre des apports de sang extérieurs afin d'insuffler du sang neuf dans la race. Toutefois, en raison de son endurance et de ses allures, le Breton reste une exception, le métissage est accusé de réduire ses qualités.
 
A partir de 1951 le Stud-book de chevaux Bretons est fermé aux chevaux non-issus de parents enregistrés ou nés à l'extérieur de la Bretagne.
 
La motorisation est la fin de l'utilisation du cheval Breton comme cheval de travail. Le nombre de Bretons diminuent.
 
En 1970 le Breton a faillit disparaître. Les éleveurs le produisent alors comme cheval de viande. Le modèle prends alors du volume.
 
Regain des activités de loisir et politique d'expansion
 
C'est à partir des années 1990 que l'élevage du cheval Breton rebondit avec l'apparition du cheval de loisir.
 
En 1996 les Haras Nationaux interdisent la caudectomie.
 
Le nombre de produits augmente : il passe de 1700 animaux en 1990 à 3400 en 2002. 
 
Il existe un Syndicat des Eleveurs du cheval Breton (S.E.C.B.) depuis avril 2003.

Divers :


La race de cheval Breton est un cheval dit lourd avec une masse très impossante et des membres courts. Il est très musclé.
Une hermine (symbole de la bretagne) leur est marqué au fer rouge sur le côté gauche de l'encolure alors qu'ils sont encore poulain.
 
Leur taille varie d'1,45m à 1,70m du fait des nombreux modèles de race.
 
Le poids moyen est de 750 kg.
 
Standard morphologique
 
Il existe de type de chevaux Bretons : le trait qui est un modèle compact et le postier plus léger.
 
Sa tête est de taille moyenne avec des oreilles placées basses.
 
Son encolure est courte et très musclé.
 
Le garrot est discret.
 
Son dos est court, compact et musclé.
 
Une impossante croupe et une arrière-main puissante est demandé.
 
Les membres sont courts et puissants.
 
Robes
 
Le stud-book accepte les chevaux bretons de couleur bai, aubère, rouan, noir mais la plus courante est l'alezan crins lavés.

Les chevaux Bretons ont beaucoup de blanc (balzanes, listes, etc.).
 
Tempérament et entretien
 
Robuste et travailleur, le cheval Breton demande peu d'entretien. Il est très rustique.
Son tempérament est stable ce qui fait de lui un animal gentil et familier.
Ses allures sont vives.
 

Sélection
 
Les pies sont interdits.
 
Les éleveurs depuis 2003 et le stud-book depuis 2009 cherchent à limiter le blanc sur les robes (listes, balzanes, etc.). Si les poulains bretons ont des balzanes aux dessus du genoux ou un lard au bout du nez ceux-ci sont vendus à la boucherie.
 

Utilisations
 
Les chevaux de traits Bretons sont utilisés soit sous la selle, soit pour la traction légère ou lourdes.
 
Production de viande
 
L'issue principale des éleveurs de chevaux bretons est la production de viande chevaline.
 
Loisir et compétition
 
Depuis 1995 des compétitions d'attelage ouverts à toutes les races sont organisées par la société hippique française et la fédération française d'équitation avec l'appui des Haras Nationaux.
Elles se déroulent en quatre épreuves : la présentation et le dressage, le marathon, la maniabilité et la traction.

Les chevaux Bretons participent aux débardages.
 
Diffusion de l'élevage
 
Représentant 28% de la production des chevaux de traits en 2007 avec 4043 immatriculation, les effectifs du cheval de trait breton sont importants.
Sa production augmente au fil des années.
 
Chaque année le cheval de trait breton est présent lors du
salon du cheval de Paris et au salon international de l'agriculture.

Commentaires Facebook

INSERT command denied to user 'hippologbdd'@'localhost' for table 'raceDeChevauxTagEcriture'